Traduire cette page :

Tribunes libres des élus municipaux

Cette page reproduit intégralement les textes fournis par les différents groupes municipaux composants le conseil.

Groupe des élus n’appartenant pas à la majorité municipale

Commerce en centre-ville et centres commerciaux : nous sommes tous concernés

Pour soudaine et brutale qu’elle ait été, la fermeture de l’Intermarché de Beaugency n’est hélas pas une véritable surprise. La concentration dans une zone rapprochée de 3 enseignes majeures était quelque part une anomalie économique. Les porte-monnaie au contraire des centres commerciaux ne sont pas extensibles. Cette fermeture entraîne plus de 45 licenciements et c’est vers le personnel que va notre soutient car ces suppressions d’emplois plongent des familles dans la difficulté. Et que dire de la manière employée ! Elle est tout simplement choquante.
Cette fermeture alimente l’éternel débat (et combat) entre les commerces de centre-ville et les centres commerciaux. Les premiers accusent les seconds de contribuer à déséquilibrer l’organisation des flux de clientèle quant à l’inverse, les seconds arguent de ne finalement répondre qu’à une demande des consommateurs. Le sujet est d’importance. Le taux de vacance commerciale dans les centres villes a le compteur qui s’affole : il y a 5 ans ce taux était de 7% il est à ce jour à 9,5% c’est-à-dire qu’un pas de porte sur 10 est déserté.
Si le commerce est d’abord l’affaire des commerçants, il revient aux élus, responsables de la ville et de l’intercommunalité d’engager et de mettre en oeuvre une stratégie globale adaptée à la situation de leur territoire.

Notre ville n’échappe pas à cette tendance et aujourd’hui le bilan est amer : après la fermeture du Dia, de l’épicerie du centre et de l’Intermarché, de nombreux Balgentiens se retrouvent privés de leur habitudes d’achat. Ces fermetures doivent aussi nourrir notre réflexion car si les responsabilités sont partagées (politiques, économiques et étatiques), chaque consommateur peut se poser la question : est-ce que SEUL le prix compte quand on souhaite favoriser le commerce local plutôt que des enseignes parfois mondialisées qui ont des moyens conséquents ? Le commerce de proximité est un indispensable vecteur de lien social et c’est un geste militant de le faire vivre.
Une réaction municipale s’impose, nous ferons prochainement des propositions au Maire tendant à développer le commerce, avec à nos yeux une priorité absolue :
l’installation d’une épicerie en centre-ville tellement importante pour les seniors notamment mais également un projet pour l’ancien supermarché de Garambault abandonné depuis plus de 6 mois.

 

 

Les mauvaise annonces de la rentrée

L ’annonce de l’augmentation de la CSG est une mauvaise nouvelle pour les retraités qui seront les grands perdants de la réforme fiscale à venir. Du moins une partie d’entre eux. En effet, les retraités qui perçoivent une pension supérieure à 1 200 euros par mois (14 375 euros par an, pour être précis) et qui sont donc soumis au taux plein de la CSG, seront impactés par la mesure. Ils verront le taux de prélèvement de leur contribution passer de 6,6% à 8,3%. Les retraités ne sont pourtant pas des nantis comme certains le laissent à penser..

Dans un autre registre, l’annonce récente de la baisse des contrats aidés est un mauvais coup porté aux collectivités locales. Chacun peut avoir son propre avis sur ce sujet mais s’ils ne débouchent pas massivement sur l’emploi, les contrats aidés sont un indéniable facteur d’insertion sociale pour leurs bénéficiaires et en ce sens c’est un plus pour la défense de la valeur travail.

Jacques MESAS

(Groupe opposition municipale : R. Filali, Joel Lainé, Ahmed Mamia)

(Indépendants : P. Asklund, D. Lochet).

Contact : jme917@gmail.com, site Facebook : Brèves Balgentiennes et Citoyennes

Juin 2017

 

 

Focus par Laetitia Plessis

  • Fermeture du SPAR: Les balgentiens et plus largement les clients de Thierry Pichon lui ont fait leurs adieux lors du pot de départ qu’il avait organisé. La désespérance, la tristesse et souvent les larmes ont figé les visages des anciens comme des plus jeunes. On a du mal à se convaincre que la reprise de cette supérette n’a pu aboutir. Les explications de la majorité sur cet échec n’ont pas convaincu.
  • Vandalisme et délinquance : Les balgentiens sont excédés. Il faudra aller au-delà du constat du nombre d’actes, et se demander pourquoi notre ville en est la cible et si les moyens de sécurité et de prévention de la délinquance mis en oeuvre par la majorité sont bien adaptés?
  • Beaugency fait son show: Etre « acteur » de la ville, une expérience qui vous « met la trouille » mais quel plaisir au final! Evidemment un grand merci à Patrice Blanchard et Tony Spouni, et d’immenses félicitations aux courageux participants (commerçants, présidents d’association, élus ….)
  • Slam en musique : l’union de la poésie et de la musique. Mettre en musique les textes « slam » de l’artiste Sadou Mané, évoquant des faits de société, des sentiments : Défi excellement relevé par les élèves de l’école de musique de Beaugency. Merci au professeur de piano Pierre Sanpéré et à l’artiste Sadou Mané.

Et plus généralement un grand bravo aux associations qui font aussi le dynamisme de Beaugency.

Une volonté, une ambition : Beaugency pour Tous. laetitiaplessis@aol.com

 

Groupe des élus appartenant à la majorité municipale

Le Statut de l’Elu

En ce début d’été ensoleillé et dans un contexte politique inédit, il nous est possible d’espérer. Espérer que chacun se parle, débatte, échange hors de toute considération partisane. Espérer que le respect soit au cœur des divergences. Espérer en l’avenir. La politique n’a de valeur que si elle sert l’intérêt commun. Accomplir un mandat d’élu est une lourde tâche qui, pour être menée le mieux possible, devrait s’accomplir dans les mêmes conditions qu’un travail. Le statut de l‘élu dans sa forme actuelle ne le permet pas et complique donc cette honorable mission pour nombre d’entre nous. Plusieurs chantiers vont voir le jour durant l’été au sein du nouveau gouvernement. J’ose espérer qu’il se penchera aussi durant les prochains mois sur cette question cruciale du statut de l’élu.

Christine BACELOS, Adjointe déléguée à l’Éducation, à la Restauration et au Handicap, janvier 2017

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×