Monuments et lieux touristiques

Vous êtes ici : Accueil / Découvrir la ville / Histoire et patrimoine / Monuments et lieux touristiques

Contenu

Cliquez sur les vignettes pour afficher plus d'informations.

Patrimoine civil

Le pont
Le pont

Le pont

Le pont

Ouvrage attesté depuis le XIIe siècle, souvent remanié, dont le franchissement donnait lieu à péage. Sur la troisième arche, se trouvait la chapelle Saint-Jacques destinée à l’accueil des pèlerins. Long de plus de 400 mètres, ce pont compte 23 arches. La légende attribue sa construction au Diable qui exigea en échange une âme. Les habitants lui offrirent un chat. Depuis, les Balgentiens sont appelés les chats.

La Tour dite « de César »
La Tour dite « de César »

La Tour dite « de César »

La Tour dite « de César »

La Tour « de César » constitue un des derniers vestiges de l’architecture militaire romane (XIe siècle). Ce donjon carré, d’environ 36 mètres de hauteur aujourd’hui, commandait les défenses de la citadelle et le pont sur la Loire.

En 1530, le Cardinal de Longueville utilise la Tour pour agrandir son château. L’incendie des Guerres de Religion et l’écroulement des voûtes intérieures en 1840 n’ont laissé que le squelette du donjon.

Château de Beaugency Les Princes de Dunois
Château de Beaugency  Les Princes de Dunois

Château de Beaugency Les Princes de Dunois

Château de Beaugency  Les Princes de Dunois

Compagnon d’armes de Jeanne d’Arc, Jean, Bâtard d’Orléans (1403-1460) devient comte de Dunois et, par son mariage avec Marie d’Harcourt, seigneur de Beaugency. Il fait construire sur l’emplacement de l’ancienne forteresse médiévale, ce château, où il vécut 17 ans. Ses descendants aménagèrent la bâtisse dans le style Renaissance.

Contact :

2 place Dunois- 45 190 Beaugency

Tél. : 02 38 44 36 47

www.chateau-de-beaugency.com

info@chateau-beaugency.com

L’Hôtel de Ville
L’Hôtel de Ville

L’Hôtel de Ville

L’Hôtel de Ville

Très bel exemple de l’architecture civile de la Renaissance, l’Hôtel de Ville est construit vers 1526 en pierre calcaire tendre. Sa façade associe des formes architecturales médiévales à des décors inspirés de la Renaissance française et italienne. Les armoiries représentent les emblèmes de la famille Dunois/Longueville, de la ville, et intègrent la Salamandre de François Ier. La salle d’honneur du 1er étage est ornée de magnifiques panneaux de broderies (XVIIe siècle).

Visites organisées par l’Office de Tourisme (Tél 02 38 44 54 42).

Maison dite « des Templiers »
Maison dite « des Templiers »

Maison dite « des Templiers »

Maison dite « des Templiers »

Plus ancien édifice civil de Beaugency (XIIe siècle), la maison dite « des Templiers » évoque le raffinement des belles demeures bourgeoises en pierre, apparues à l’époque romane. Au premier étage, les fenêtres présentent un jeu d’arcs en plein cintre reposant sur des colonnettes et des arcs intérieurs surbaissés, tous décorés de bâtons brisés.

Maison médiévale
Maison médiévale

Maison médiévale

Maison médiévale

Construite au XVe siècle, cette maison en pans de bois est un beau témoignage d’une architecture à vocation commerciale. Au rez-de-chaussée, la boutique s’ouvre sur la rue par deux grandes baies encadrées de poteaux de bois sculptés. A l’étage, l’habitation joue de la variété des matériaux pour enrichir la façade.

Patrimoine religieux

Eglise Saint-Etienne
Eglise Saint-Etienne

Eglise Saint-Etienne

Eglise Saint-Etienne

Fondée dans le deuxième tiers du XIe siècle, l’édifice, devenu prieuré, est placé sous la dépendance de la puissante abbaye de la Trinité de Vendôme. Précieux témoignage de l’art roman, l’église du Saint-Sépulcre prend le nom de Saint-Etienne au XVIe siècle. Restaurée en 1999, l’église Saint-Etienne a désormais vocation de centre culturel

(Tél : 02 38 44 53 34).

L’Abbaye Notre-Dame
L’Abbaye Notre-Dame

L’Abbaye Notre-Dame

L’Abbaye Notre-Dame

L’église Notre-Dame de la fin XIe siècle, a été remaniée au XVIIe siècle, après les Guerres de Religion. Elle a conservé de nombreux caractères de l’architecture romane locale :

  • à l’extérieur : chevet historié, portail d’entrée sobrement décoré ;
  • à l’intérieur : transept non saillant, chapiteaux sculptés, jeux d’arcs du chœur…

Elle abrita le concile où fut déclaré nul le mariage du roi de France Louis VII avec Aliénor d’Aquitaine. Celle-ci épousa ensuite le futur roi d’Angleterre Henri Plantagenêt. L’église est devenue paroissiale pendant la Révolution.

Edifiés sans doute à la fin du XIe siècle, les bâtiments conventuels de l’abbaye Notre-Dame sont reconstruits au XVIIe siècle par les chanoines réguliers génovéfains en charge du couvent jusqu’à la Révolution.

Clocher Saint-Firmin
Clocher Saint-Firmin

Clocher Saint-Firmin

Clocher Saint-Firmin

Le clocher Saint-Firmin est le dernier vestige d’une église romane du XIe siècle, remaniée à la Renaissance et démolie à la Révolution. L’édifice s’étendait sur l’actuelle place Saint-Firmin. Sous le porche du clocher, bâti en 1533 par Jean II d’Orléans de Longueville, passait une rue allant de la Loire au marché. Le portail d’entrée, en anse de panier offre un encadrement de style gothique flamboyant. Trois fois par jour, on peut entendre le célèbre carillon du XVe siècle « Orléans, Beaugency, Notre-Dame de Cléry, Vendôme ».

Ancien Hôtel-Dieu
Ancien Hôtel-Dieu

Ancien Hôtel-Dieu

Ancien Hôtel-Dieu

Des bâtiments du XIIe siècle, ne subsiste que la chapelle Saint-Thibaud profondément remaniée sous le Second Empire. Elle conserve des modillons romans sculptés de végétaux, d’animaux et de personnages extraordinaires. Le pavillon central de la cour et son escalier à vis ont été édifiés au XVIe siècle. Administré par une communauté religieuse, cet hospice accueillait les plus démunis.

Couvent des Ursulines
Couvent des Ursulines

Couvent des Ursulines

Couvent des Ursulines

En 1629, à la demande de la communauté catholique de Beaugency, est fondé le Couvent des Ursulines. La congrégation construit sur le domaine de la Guélonnière, les bâtiments conventuels (1647-1668) et la chapelle Notre-Dame-des-Anges en 1703. Propriété privée de la communauté des Ursulines.

Les Vestiges des fortifications

Tour du Diable
Tour du Diable

Tour du Diable

Tour du Diable

Vestige de la première enceinte fortifiée de la ville (XI-XIIe siècle), la tour du Diable se situe à proximité de l’ancien port. Restauré par le comte de Dunois en 1460, cet édifice, de forme cylindrique, possède des fenêtres à meneaux et un toit en ardoise.

Tour de l’Horloge
Tour de l’Horloge

Tour de l’Horloge

Tour de l’Horloge

Ancienne porte de la seconde enceinte de la ville, cette tour-porche est à proximité du carrefour le plus animé où s’effectuent le change des monnaies au Moyen Age, puis les ventes publiques jusqu’au XVIIIe siècle. Elle abrite l’horloge municipale dès 1511.

Porte-Tavers
Porte-Tavers

Porte-Tavers

Porte-Tavers

Vestige de la dernière enceinte, l’ancienne « Porte-Blésoise » (XIIe siècle), défendait l’entrée méridionale de la ville. Elle figure parmi les portes urbaines romanes les mieux conservées.


Autres liens